Accueil » Apprendre à lire: Des sciences cognitives à la salle de classe

Apprendre à lire: Des sciences cognitives à la salle de classe

Mise en page 1

Un livre écrit sous la direction de Stanislas Dehaene, avec Ghislaine Dehaene-Lambertz, Edouard Gentaz, Caroline Huron et Liliane Sprenger-Charolles.

 

Comment faisons-nous pour lire ? Au cours des vingt dernières années, la recherche scientifique sur le cerveau et la lecture a progressé à grands pas. La psychologie expérimentale et l’imagerie cérébrale ont clarifié la manière dont le cerveau humain reconnaît l’écriture et se modifie au fil de cet apprentissage. Nous disposons aujourd’hui d’une véritable science de la lecture. Toutefois, ces recherches restent méconnues du grand public et, surtout, des premiers concernés : les parents et les enseignants des enfants de l’école primaire, ces années cruciales où ces derniers entrent dans le monde de la lecture.

Nous avons écrit ce livre avec un objectif bien précis : que les connaissances scientifiques sur les neurosciences cognitives de la lecture soient diffusées et mises en pratique dans les écoles. Ce que les chercheurs ont mis des décennies à comprendre, comment imaginer que chaque enseignant le redécouvre seul, par tâtonnements, sans tirer parti des études scientifiques existantes ? Les enseignants sont les premiers experts de la dynamique de la salle de classe, mais ils doivent aussi devenir experts de la dynamique cérébrale. Personne ne devrait connaître mieux qu’eux les lois de la pensée en développement, les principes de l’attention et de la mémoire. Nous espérons également que les parents trouveront un plaisir plus grand encore à comprendre l’esprit de leurs enfants, à suivre leurs progrès en imaginant les étonnantes transformations qui se produisent dans leur cerveau et à prolonger le travail de l’école à la maison par des jeux pertinents.

Dans les pages qui suivent, nous tentons donc de présenter, sous une forme concise, claire et pédagogique, les plus importantes découvertes sur le cerveau du jeune lecteur. Une première section dissèque le fonctionnement du cerveau quand il lit et quand il apprend à lire. Quels sont les circuits cérébraux qui évoluent au fil de l’apprentissage ? À quelles difficultés le cerveau de l’enfant doit-il faire face ? Qu’est-ce qui fait la différence entre un bon et un moins bon lecteur ? Dans une seconde partie, nous mettons en valeur quelques grands principes cognitifs qui devraient systématiquement guider les débuts de l’enseignement de la lecture : Dans quel ordre introduire les idées nouvelles ? Comment choisir de bons exercices ? Comment maximiser l’engagement, l’attention et le plaisir de l’enfant ?

Disons-le d’emblée : la connaissance du cerveau ne permet pas de prescrire une unique méthode de lecture. Au contraire, la science de la lecture est compatible avec une grande liberté pédagogique, des styles très variés d’enseignement et de nombreux exercices qui laissent le champ libre à l’imagination de l’enseignant et des enfants. Un seul objectif doit nous guider : aider l’enfant à progresser, le plus vite possible, dans la reconnaissance fluide des mots écrits. Plus la lecture sera automatisée, plus l’enfant pourra concentrer son attention sur la compréhension de ce qu’il lit et devenir ainsi un lecteur autonome, qui lit autant pour apprendre que pour son propre plaisir.

Share Button