Accueil » POST EXPOSITION AUX ÉCRANS

POST EXPOSITION AUX ÉCRANS

  |  

Plusieurs parents se posent la question de l’exposition aux écrans avant l’âge de 3 ans. Nous comprenons parfaitement ces principes éducatifs et nous les respectons.

C’est en effet très important de limiter au maximum le temps d’exposition des bébés devant des écrans. Mais les études montrent que ce qui est important c’est que ce ne soit pas une exposition prolongée, trop fréquente. En fait, ce ne sont pas forcément les écrans en soi qui posent problème mais la durée et la fréquence d’exposition ainsi que le contenu.

Par ailleurs, un des points qui paraît important c’est l’aspect interactif.  Par exemple, les petits enfants dès 1 an ou un peu après apprécient beaucoup de regarder les photos de quand ils étaient bébés (quelques minutes sur un ordinateur avec papa ou maman qui commente). A partir de 2 ans, ils adorent « discuter » sur Skype avec un parent parti en conférences à l’étranger par exemple …ou (et encore une fois pour une durée limitée de quelques minutes) ils peuvent se montrer passionnés devant un ballet d’animaux marins…

Au sein de notre laboratoire (et comme dans de nombreux autres Babylabs dans le monde) nous avons créé des vidéos (présentation de stimuli visuels) spécialement pour l’expérience et pour les bébés de quelques mois afin que ce soit ludique, pas trop long… (15 minutes maximum)  et par conséquent cela reste limité comme temps d’exposition.  D’ailleurs les bébés décrochent parfois d’eux-mêmes car ils préfèrent explorer leurs mains et leurs pieds !! Mais cela fait partie de la recherche avec les bébés et nous nous adaptons bien sûr! 

Si vous êtes intéressés sur le sujet, vous pouvez  lire cet article assez complet et bien documenté:

Vous pouvez également lire l’article de Stanislas DEHAENE, directeur de neurospin,  le responsable de notre laboratoire et président du conseil scientifique de l’éducation nationale : Cerveau – La malnutrition est plus risquée que les écrans.

Voir aussi cet article écrit par des spécialistes de la petite enfance : Ne parlons pas trop vite d’autisme et d’addiction





Share This